jeudi, janvier 13, 2011

L'exécution d'Ernest Ouandié

Le 15 janvier 1971, Ernest Ouandié, dernier leader charismatique de l'UPC était exécuté en place publique, à Bafoussam, troisième plus grande ville du Cameroun. Cet événement marque symboliquement la fin de l'espoir politique au Cameroun, porté par ce parti politique (l'Union des Populations du Cameroun) qui lutta dès 1949 pour la sou...veraineté du pays.
Ce parti très populaire, d'aspiration sociale et démocratique, fut interdit par la France en 1955, et passa dans la clandestinité. Ce fut l'occasion, pour la puissance coloniale puis pour le pouvoir mis en place à l'indépendance, d'assassiner les militants et leaders de ce parti. Ainsi, parmi les centaines de milliers de morts, Ruben Um Nyobé, Felix Moumié, Osende Afana puis Ernest Ouandié, esprits libres, indépendants et éclairés, furent assassinés par le poison ou les armes.
En mars 2010, avec l'aide de la Compagnie Feugham de Bafoussam, j'ai souhaité célébrer le cinquantenaire de l'indépendance du Cameroun en reconstituant cette exécution publique. Un dimanche nous nous sommes retrouvés à Bafoussam dans la cour de répétition de la compagnie pour mettre symboliquement en scène cet événement.
Le travail photographique (en cours) consiste à isoler du champ de 11 images noires et blanches prises de cette reconstitution, chaque figure, chaque portrait, renvoyant à chacun son implication et sa propre transmission de l'histoire. La fiction de l'agrandissement par le flou et le grain de l'image éloigne de la ressemblance, de la "justesse" documentaire d'un fait.
Une photo couleur témoigne de la scène.
Ce travail est en cours de tirage au Centre Culturel le Chaplin à Mantes la Jolie sur un traceur Epson Stylus Pro 9880.
Il fera l'objet d'une exposition dans l'année.














Aucun commentaire: